Le nouveau Maghreb : pour un programme ambitieux de coopération

Envoyer Imprimer PDF
par Patrick Martin-Genier
Ne pas décevoir les espoirs démocratiques

Les espoirs nés des révolutions qui ont mis à bas des régimes brutaux et corrompus ne doivent pas être déçus ou venir s’échouer sur les rives paisibles de la Méditerranée comme si rien ne s’était passé.

Lorsque des peuples ont vécu des dizaines d’années sous l’oppression, les réflexes démocratiques n’existent pas et le risque est souvent que d’anciennes pratiques demeurent. En fin de compte, il ne faudrait pas que les nouveaux régimes qui se mettent en place, au nom de certaines habitudes de gouvernance, renoncent à court ou moyen terme à instaurer un véritable régime démocratique à l’occidentale. Ainsi, des élections au suffrage universel, moyennant le temps nécessaire à la mise en place de ces élections, devraient avoir lieu le plus rapidement possible, débouchant, si possible, sur une assemblée constituante chargée d’élaborer de nouvelles constitutions prévoyant un régime où les pouvoirs seraient équilibrés.
 
Continuer la révolution démocratique

Il existerait ainsi un pouvoir exécutif qui serait responsable devant un Parlement élu par les peuples, avec en outre un pouvoir judiciaire indépendant.

Demander cela semble d’une grande exigence. C’est pourtant la seule solution pour que la gouvernance démocratique soit juste et durable.

Mais la révolution politique ne devra certainement pas s’arrêter là. Il s’agit d’aller plus loin et de réformer en profondeur deux autres pouvoirs : le pouvoir judiciaire et le pouvoir administratif national et local.

S’agissant du premier, il est évident que ces pays ne connaissaient pas ce que signifiait avoir un système judiciaire autonome.Il existait certes des programmes de coopération avec les grandes démocraties occidentales, notamment l’Europe et en particulier la France qui passaient, avec les régimes déchus, par un programme de coopération entre les hautes juridictions de ces pays et le Conseil d’Etat français par exemple.

Des délégations se rendaient ainsi sur place pour montrer aux juges de ces pays ce que signifie chez nous la notion de délibéré et de prise de décision sans influence du pouvoir politique. Mais, de façon constante, les gouvernements intervenaient dans ces pays pour influencer le sens des jugements et il existait invariablement dans chacune de ces juridictions une sorte de « commissaire politique » chargé d’imposer les décisions voulues par les gouvernements. Une telle coopération ne servait ainsi quasiment à rien et était même utilisée à des fins de faire valoir par ces régimes. Aujourd’hui, il est évident que la mise en place d’un vrai système judiciaire doit passer par de nouvelles dispositions constitutionnelles créant des juges autonomes et indépendants du pouvoir politique.

Sera-ce possible ? Sera-ce compatible avec les coutumes de ces pays ?C’est à nous ainsi de leur proposer des pistes de réflexion et d’action en signant en urgence des accords avec l’Etat français afin que des délégations de magistrats puissent se rendre sur place.

Éradiquer la corruption

S’agissant du pouvoir administratif national et local, il s’agira en effet d’instaurer un mode de gouvernance faisant la place à la concertation, à la démocratie et devant se débarrasser de toute forme d’arbitraire et de corruption, même si nous devons sur ce point faire preuve d’une certaine modestie...

Sur ce chemin, la transition sera difficile et pourrait prendre aussi une bonne dizaine d’année. Ce qui s’est passé dans ces pays n’est pas l’apanage du Maghreb ; ce fut aussi le cas des entiers pays d’Europe de l’Est qui avait vécu pendant des décennies sous le joug communiste, pays corrompus au possible dès lors que la classe dominante servait ses seuls objectifs en disposant de l’opulence et des privilèges.

La circonstance que toutes les familles régnantes soient ainsi partis avec des stocks d’or ou des valises de billets, non sans avoir expatrié leurs biens pendant des années, montrent bien que servir le peuple n’était pas de loin la priorité des dictateurs.

Sur ce point, il pourrait être suggéré la mise en place d’un vaste programme de coopération qui pourrait faire l’objet d’accords avec l’Etat français, afin d’envoyer des équipes émanant des instituts régionaux d’administration pour les administrations d’Etat et le Centre national de la fonction publique territoriale pour les collectivités territoriales.

C’est ainsi qu’il avait été procédé dans le début des années 1990 avec les anciens pays d’Europe de l’Est.

Dès la période de transition démocratique en Pologne (le général Jaruzelski était encore président, mais M. Mazowiecki, du syndicat Solidarnosc était déjà Premier ministre), des équipes du CNFPT s’étaient rendues sur place pour proposer aides, conseils et axes d’action tandis que le projet de réforme de décentralisation était en voie de préparation.

Tout cela enfin devrait se faire en concertation avec l’Union européenne qui devra débloquer des fonds pour ce faire. L’Union pour la Méditerranée devrait être partie prenante du processus.

Il est donc urgent de prévoir ce système de coopération dans les semaines qui viennent sachant que d’autres pays pourraient à leur tour se libérer de pouvoirs dictatoriaux et solliciter notre aide.


 

Patrick Martin-Genier est Maître de conférence à l’Institut d’études politiques de Paris, spécialiste des questions européennes.

Mise à jour le Mardi, 27 Septembre 2011 09:15  

Chroniques

Usine Renault au Maroc : un exemple de « Co-localisation » ?

Par Ahmed AZIRAR
L’inauguration de l’usine Renault de Tanger ce jeudi 9 Février intervient dans un contexte particulier. Côté français, elle intervient dans un environnement de crise  exacerbée  et de débat électoraliste animé en France au sujet de la relocalisation et du « produire national », du protectionnisme et  de la dé-mondialisation. Côté marocain, l’on se réjouit de cet investissement stratégique, et l’on veut affirmer sa vocation à servir à la fois les intérêts du royaume et ceux de la France.
Finalement, le groupe automobile Renault confirme bel et bien son engagement  industriel au  Maroc. Non sans raisons. Il conforte sa présence commerciale et industrielle (SOMACA), et inaugure une usine qui devrait vite devenir une unité  pilote du groupe  tant par ses volumes fabriqués que par sa rentabilité ou ses choix environnementaux, notamment en matière de forte diminution des consommations d’eau et des rejets de CO2.

Lire la suite...
 
Avis de tempête dans le Golfe

 Par Jacques Charmelot

Le retrait américain d’Irak à la fin du mois de décembre dernier a radicalement changé la donne dans la région la plus fragile et la plus stratégique du monde : le Golfe. Arabique, pour les uns, Persique pour les autres, il est pour l’ensemble de l’économie mondiale assoiffée de pétrole une véritable veine jugulaire. Les Etats-Unis et leurs alliés, notamment l’Arabie Saoudite, le Qatar et Bahreïn, y sont engagés depuis plus de 30 ans dans un périlleux bras de fer avec la République islamique d’Iran. Les mois qui viennent seront décisifs, et les risques sont réels que cette confrontation de basse intensité ne se transforme en un véritable conflit, comme aux pires moments de la guerre entre l’Irak et l’Iran.

Lire la suite...
 
Les enjeux géopolitiques de la révolution syrienne

Par Khaled ISSA

Plus de huit mois de soulèvement populaire en Syrie, plus de quatre mille morts, des milliers de blessés et de disparus, d’innombrables arrestations et des réfugiés dans les pays limitrophes. Les pressions et les sanctions se multiplient. D’autres s’annoncent tous les jours de la part des puissances occidentales et arabes. Les protestataires continuent de défier le régime du président Bachar ALASSAD. Mais ce dernier tient encore solidement en mains les commandes de l’appareil répressif, et paraît loin de faire des concessions démocratiques fondamentales au peuple syrien.

Lire la suite...
 
« Il faut voir dans [les révolutions arabes] une chance formidable de refonder la relation euro-méditerranée
[Jean-Pierre Filiu]
 Entretien avec Jean-Pierre Filiu, Professeur à Sciences Po (Paris) réalisé le 14 novembre par la Fondation Robert Schuman à l'occasion de la parution chez Fayard de son livre "La révolutions arabe : dix leçons sur le soulèvement démocratique".

 1) Votre livre représente sans doute la première tentative d’interprétation systématique des révolutions démocratiques qui sont en train de bouleverser le monde arabe. Quelle est, selon vous, la signification d’un tel événement

historique ?
Lire la suite...
 
Fragments de carnets de Beyrouth, revus et corrigés.
par Pouria Amirshahi
Du 31 octobre au 4 novembre, je me suis rendu à Beyrouth. Invité par le Salon du livre francophone j’ai présenté mes réflexions, et celle du parti socialiste, sur un projet politique francophone...J’en ai profité pour rencontrer les partis politiques représentés au Parlement libanais et, enfin, aider nos candidats pour la 10ème circonscription des français de l’étranger. Et découvrir un pays absolument singulier et fascinant... Ces fragments de carnets ont été, pour l’essentiel, publiés sur facebook. Mais tout le monde n’est pas sur facebook ; de plus, un peu de recul me permet de relire et de compléter. Bonne lecture...
Lire la suite...
 
Le nouveau Maghreb : pour un programme ambitieux de coopération
par Patrick Martin-Genier
Ne pas décevoir les espoirs démocratiques

Les espoirs nés des révolutions qui ont mis à bas des régimes brutaux et corrompus ne doivent pas être déçus ou venir s’échouer sur les rives paisibles de la Méditerranée comme si rien ne s’était passé.

Lorsque des peuples ont vécu des dizaines d’années sous l’oppression, les réflexes démocratiques n’existent pas et le risque est souvent que d’anciennes pratiques demeurent. En fin de compte, il ne faudrait pas que les nouveaux régimes qui se mettent en place, au nom de certaines habitudes de gouvernance, renoncent à court ou moyen terme à instaurer un véritable régime démocratique à l’occidentale. Ainsi, des élections au suffrage universel, moyennant le temps nécessaire à la mise en place de ces élections, devraient avoir lieu le plus rapidement possible, débouchant, si possible, sur une assemblée constituante chargée d’élaborer de nouvelles constitutions prévoyant un régime où les pouvoirs seraient équilibrés.
Lire la suite...
 
Les leçons de l'opération en Libye

par Edouard Pflimlin

Edouard PfimlinLa campagne militaire en Libye contre le régime despotique et sanguinaire du colonel Mouammar Kadhafi est en train de s'achever, les derniers bastions tenus par les séides du régime honni devraient tomber assez rapidement.

Quels enseignements peut-on en tirer sur le plan militaire ?

Sur le plan politique, le fait marquant est la retenue des Etats-Unis d'Obama. Confrontés à une grave crise économique et des situations difficiles pour leurs troupes à gérer en Irak et Aghanistan, ils ont laissé le leadership des Européens pour les opérations militaires.

La crise libyenne a donc montré et confirmé une tendance qui se dessine depuis quelques temps outre-Atlantique : l'effacement progressif de l'intérêt américain vis-à-vis de l'Europe, souligne Isabelle Lasserre dans Le Figaro (Isabelle Lasserre, "L'Europe passe l'épreuve du feu", Le Figaro, 24 août 2011). Ils ont très vite mis fin à la participation de leurs avions de combat, fournissant notamment des drones et des avions-ravitailleurs.
Lire la suite...
 
Le printemps arabe, un hiver pour les noirs africains ?
Par Pouria AMIRSHAHI
Depuis plusieurs mois, nous avons pu assister à des assassinats de noirs africains présentés comme des mercenaires. Ces atrocités épouvantables ne renvoient pourtant pas à la seule situation de guerre et ne sauraient, de ce fait, être considérées comme une parenthèse qui se refermera d’elle-même. Par le passé déjà, des massacres de noirs africains ont eu lieu en Libye. Il n’était alors pourtant pas question de mercenaires.
En septembre et octobre 2000, des pogroms contre les travailleurs immigrants furent perpétrés en Libye et 130 à 500 Africains sub-sahariens furent tués à Zawiya, lynchés dans des conditions particulièrement atroces puisque certains d’entre eux furent attachés et trainés derrière des voitures jusqu’à ce que mort s’en suive. D’autres furent arrêtés à Tripoli et déportés dans le désert. Pour fuir la persécution, des milliers de travailleurs venus du Niger, du Mali, du Nigeria et du Ghana, du Tchad et du Soudan, s’enfuirent vers le sud de la Libye. Nombreux sont ceux qui furent arrêtés sur les routes du Sahara par le régime de Kadhafi et transportés dans des camps militaires libyens et des prisons à Janzoura, en banlieue de Tripoli, à Sabha, à Aghate où ils furent maltraités. D’après certains observateurs refugiés en France, beaucoup y seraient toujours injustement détenus.
Lire la suite...
 

Warning: DOMDocument::load(http://www.alvinet.com/api/?nbr=10&keyword=euromediterranee%2C%20alg%C3%A9rie%2C%20maroc%2C%20tunisie%2C%20egypte&akeyword=&catid=3&periode=depuis&depuis=720&or=date&url=http://fenetreeuromed.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=60%253Ale-nouveau-maghreb-pour-un-programme-ambitieux-de-cooperation&catid=34%253Achroniques&Itemid=55&lang=fr&v=1.1) [domdocument.load]: failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 500 Internal Server Error in /home/fsmkhtwp/www/fenetreeuromed/modules/mod_alvinet/helper.php on line 63

Warning: DOMDocument::load() [domdocument.load]: I/O warning : failed to load external entity "http://www.alvinet.com/api/?nbr=10&keyword=euromediterranee%2C%20alg%C3%A9rie%2C%20maroc%2C%20tunisie%2C%20egypte&akeyword=&catid=3&periode=depuis&depuis=720&or=date&url=http://fenetreeuromed.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=60%253Ale-nouveau-maghreb-pour-un-programme-ambitieux-de-cooperation&catid=34%253Achroniques&Itemid=55&lang=fr&v=1.1" in /home/fsmkhtwp/www/fenetreeuromed/modules/mod_alvinet/helper.php on line 63

Twitter  Facebook